mardi 22 novembre 2016

Cuisine centrale : « La question du mode de gestion est ouverte »


Le cahier des charges* de l’étude portant sur la restructuration de la cuisine centrale l’indique clairement : tous les modes de gestion seront étudiés, y compris la délégation de la restauration scolaire à une entreprise privée.

Quand nous l’avons interrogée en  séance du conseil municipal, l’adjointe à l’éducation a préféré rester évasive sur ce point, nous accusant même de faire « courir des rumeurs » et d’alarmer le personnel.

Si le besoin de travaux est évident, nous regrettons que les projets ne soient pas clairement annoncés. La publication du cahier des charges a donc le mérite de clarifier les intentions de la municipalité.

Pour notre part, nous sommes attachés au principe d’une gestion en régie municipale et nous aurions souhaité obtenir un engagement du Maire en ce sens.

Notre position sur le sujet est claire : si le choix était fait de confier la restauration de nos écoles, crèches et agents municipaux à un gestionnaire privé, nous nous y opposerons fermement dans l’intérêt des familles et des enfants ainsi que du personnel concerné.

Dans ce domaine sensible touchant à la fois à l'éducation et à  l’alimentation, une gestion en régie de cet équipement reste pour nous la meilleure garantie d’un service de qualité et du maintien de l’emploi des 37 agents. Contrairement à une entreprise privée, le service public n’a pas d’obligation de dégager des bénéfices sur la restauration scolaire.  Les choix des produits et le coût du service facturé aux familles peuvent être mieux contrôlés. Ainsi, la Mairie serait en mesure de décider des aliments servis dans les cantines et de développer davantage l’achat de produits biologiques ou locaux – encore faut-il qu’elle en ait la volonté.


 
*Consultez ici le cahier des charges.


mardi 15 novembre 2016

Revue de presse du Conseil municipal du 14 novembre 2016

La Nouvelle République

Cuisine centrale, site des casernes... ces gros chantiers qui arrivent  - Finalement, le conseil municipal d’hier soir a connu une séance plutôt calme mais quelques dossiers ont soulevé le débat


La porte fermée et la fenêtre ouverte ?  -  point chaud - Par deux fois, alors que le projet de donation Cligman au musée des Beaux-Arts ne figurait pas à l'ordre du jour du conseil municipal, Nicolas Gautreau (opposition) a essayé d'aborder c... 

Donation Cligman : le maire attend la ministre  - 
Un peu poussé à s'exprimer sur la donation Cligman, le maire a fait le point en fin de conseil. Il était invité le 10 novembre à la Commission nationale des secteurs sauvegardés, avec son adj... 
  
37°
Les points chauds du Conseil Municipal de Tours -  Ce n’est pas peu dire que le Conseil Municipal de Tours qui s’est tenu hier, s’est déroulé dans une ambiance tendue. Retour sur les points chauds qui ont animé les […]


Info Tours
 
4h de vives tensions au conseil municipal de Tours  -  On a enchaîné les passes d’armes sur les cantines, le quartier des casernes et… la Turquie.

Extension du Musée des Beaux-Arts de Tours : et si ça ne se faisait pas ?  -  Le maire en appelle à la ministre de la culture pour faire avancer le projet qui a subi plusieurs revers.

Conseil municipal du 14 novembre: Fermeture des bureaux de poste dans les quartiers Rochepinard, Montjoyeux, Sainte-Radegonde, Colbert

Question au Maire du groupe des élu-e-s TOURS 2020

Monsieur le Maire, 

 La Poste a entamé une restructuration engendrant la fermeture de plusieurs bureaux de poste de proximité à Tours et le transfert d’une partie de leurs missions vers des commerces relais. Les habitants et comités des quartiers concernés – Rochepinard, Montjoyeux, Sainte-Radegonde et Colbert – se sont mobilisés face à ce qu’ils perçoivent comme un recul du service public rendu aux usagers. 

Ils dénoncent également l’absence de communication et de concertation sur la fermeture de ces quatre agences postales de la part de la Direction territoriale de la Poste.  

Les comités de quartier vous ont récemment interpellé dans un courrier et exprimé publiquement leur souhait que la municipalité porte leurs demandes auprès de La Poste.  
En tant que Maire, êtes-vous intervenu auprès des dirigeants de La Poste à Tours afin de défendre le maintien dans les quartiers de ce service public ?    
  
Avez-vous pu obtenir des garanties concernant la continuité du service auparavant assuré par les agences postales dans les points relais, notamment en termes de maintien des opérations postales et bancaires ?  

Enfin, envisagez-vous d’ouvrir un nouveau dialogue avec la Direction de la Poste et les comités de quartier afin d’étudier des solutions alternatives à ces fermetures qui risquent de pénaliser les usagers, notamment ceux éloignés du centre-ville ou rencontrant des problèmes de santé ou de mobilité ?   

Nous vous remercions de votre réponse.

lundi 24 octobre 2016

Le PS pose les bases pour 2020 - La Nouvelle République 22/10/2016

La défaite 2014 est digérée, les regards se tournent désormais vers les prochaines élections municipales, programmées en 2020. 
Naturellement, l'ambition affichée par Cécile Jonathan est claire: « Notre objectif est de reprendre la mairie et l'agglomération, peut être la future métropole. Nous sommes dans ce travail de projection avec la population. Nous sommes de plus en plus interpellés pour obtenir des réponses sur la vie municipale. Nous travaillons avec les personnalités d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Des gens du Parti socialiste mais pas seulement. Nous allons aller de plus en plus à la rencontre des citoyens.

Les résultats des Régionales à Tours ont aussi marqué un changement: les gens prennent contact avec nous, cela n'était plus le cas après notre défaite en 2014. Nous sommes à la disposition des gens pour leur donner des informations.
Mais la victoire ne passera que par une union des composantes de gauche. »

Interview de la Nouvelle République avec Cécile Jonathan

Cécile Jonathan (PS) : " Je ne vais pas au conseil pour faire le spectacle " 

La Nouvelle République - 22/10/2016 
 
Chef de file de l’opposition socialiste au conseil municipal, Cécile Jonathan défend une position “constructive et regarde vers 2020.

Cécile Jonathan, quel regard portez-vous, avec le recul, sur la défaite de 2014?
« Perdre, ce n'est jamais agréable. Mais c'est la vie démocratique. La défaite aux élections départementales a aussi été difficile. Mais surtout, nous avons vécu la disparition tragique de Jean Germain, un moment dur pour le groupe.
Aujourd'hui, nous sortons de cette période de convalescence et nous travaillons pour l'avenir. »

Comment vous sentez-vous dans ce costume d'opposante?
« Nous avons mis en place un bon fonctionnement de groupe. Un groupe actif, qui travaille pour créer le débat, poser des questions au conseil municipal afin d'obtenir des réponses pour la population. Nous ne sommes pas une opposition bête et méchante. "  La politique ce n'est pas la guerre", comme le disait Jean Germain. Nous ne sommes pas là pour "emmerder" la majorité, comme ils semblent le penser, ni pour bloquer les choses. Une bonne idée n'appartient à personne. »

Comment trouvez-vous l'attitude de la majorité actuelle?
« Il y a une certaine suspicion de leur part quant à nos questions. Je ne vais pas au conseil pour faire le spectacle. Nous posons des questions mais nous n'obtenons pas de réponse au sens démocratique, avec des éléments précis. Cela donne une mauvaise ambiance, tout ce que les gens n'aiment pas en politique.
Si le calendrier des commissions était respecté, comme à l'Agglo, nous pourrions y assister plus facilement, donc éviter de poser des questions inutiles au conseil. »

Comment travaillez-vous au sein du groupe Tours2020? Vu de l'extérieur, nous avons parfois le sentiment que tout le monde veut parler, même sur un même sujet?
« Je m'étonne de cette remarque. Au contraire, tout en conservant une liberté de parole pour chacun, nous travaillons ensemble sur les dossiers, nous définissons ensemble les sujets d'intervention de chacun. Ensuite, chaque membre est libre de dire ce qu'il veut. Mais, en effet, il peut arriver que plusieurs membres du groupe interviennent sur une même question: toujours pour obtenir plus de réponse de la majorité. »

Et avec les autres groupes d'opposition de gauche?
« Ce n'est pas toujours facile avec les emplois du temps de se voir, mais avant chaque conseil nous échangeons par mail sur les dossiers et les questions que nous poserons. »

Quels sont les sujets municipaux qui vous préoccupent?
« Les difficultés des associations, pas seulement financières, mais dans les relations avec la Mairie; les relations sociales au sein de la Mairie. C'est d'ailleurs le thème de notre prochaine tribune dans le magazine municipal. »


Repères

> Cécile Jonathan a connu son premier mandat en 1995, aux côtés du socialiste Jean Germain, qui venait de remporter la mairie.

A 22 ans, elle est nommée au poste d'adjointe en charge de la petite enfance, de la jeunesse et centres de loisirs. Une fonction qu'elle a occupée pendant les deux mandats suivants. « La petite enfance est un domaine de compétences facultatif dans notre pays. Mais pour moi, cela a toujours été quelque chose d'important, qui touche tout le monde. Je me suis battu pour défendre cette réalité. »

En 2014, quand Jean Germain brigue un quatrième mandat, Cécile Jonathan figure en deuxième place sur la liste. « J'ai rencontré Jean (Germain) pour lui expliquer que je ne voulais plus de poste d'adjointe mais que je souhaitais m'investir en tant qu'élue dans l'agglomération. » Quand la défaite est connue, elle décide de siéger dans l'opposition. « Jean a dit qu'il se retirait. En qualité de deuxième de liste, je me devais d'être là. »

Propos recueillis par Samuel Magnant

mercredi 12 octobre 2016

Communiqué de presse des élu-e-s EELV, PCF, PS, UDE des conseils municipaux de Tours et Joué-lès-Tours

Tours, le 12 octobre 2016

« Ma commune sans migrants » - la charte de la honte du Front national

En ce moment, le Front national présente son voeu anti-migrants dans les tous les conseils municipaux où il siège, visant à faire approuver une « charte » intitulée « Ma commune sans migrants ». A Tours et à Joué-lès-Tours, nous avons également été appelés à nous prononcer sur cette initiative indigne.

Mis au vote en fin de séance du conseil, le texte joue de la peur et véhicule tous les préjugés et contre-vérités qui constituent le fond de commerce du Front national. Faisant l’amalgame entre migration, menace terroriste et religion, il occulte totalement la réalité de millions de personnes victimes de guerre et de persécution.

Nous avons fermement rejeté cette charte qui est contraire à nos valeurs républicaines et à notre devoir de solidarité envers ces hommes, femmes et enfants fuyant leurs pays en guerre et dont une petite partie s’est tournée vers la France pour chercher l’asile.
Nous déplorons l’attitude de la majorité municipale de droite de Tours et Joué-lès-Tours qui a fait le choix de s’abstenir sur ce texte infâme, comptant sur les voix de l’opposition de gauche pour barrer le chemin à l’adoption de la « charte ». Alors que les Maires de nos communes, Serge Babary et Frédéric Augis, l’ont inscrite à l’ordre du jour du conseil municipal, ils refusent de prendre position sous prétexte qu’il s’agirait d’un sujet du ressort de l’Etat.

Ce choix n’est pas seulement hypocrite, il est irresponsable. Au lieu de rejeter clairement et sans ambiguïté ce texte inacceptable pour tout élu-e attaché-e aux principes de Liberté, d'Égalité et de Fraternité, la droite se défausse sur l’opposition de gauche à des fins électoralistes.
Nous pensions que la droite républicaine et humaniste existait encore parmi Les Républicains et l’UDI, les dernières séances des conseils municipaux de Tours et de Joué-lès-Tours ont montré le contraire.


Tours
Josette BLANCHET – David CHOLLET - Pierre COMMANDEUR – Caroline DEFORGE - Emmanuel DENIS - Nicolas GAUTREAU - Nadia HAMOUDI- Cécile JONATHAN – Monique MAUPUY – Samira OUBLAL - Pierre TEXIER

Joué-lès-Tours
Francis GERARD – Laurence HERVE – Anne LE BIHAN – Marie Line MOROY - Mohamed MOULAY - Florent PETIT - Catherine RABIER - Vincent TISON

lundi 10 octobre 2016

Conseil municipal du 10 octobre 2016 – Question au Maire



Devenir de la cuisine centrale de la Ville de Tours

Monsieur le Maire, 

Nous apprenons par voie de presse que l’étude de programmation de la nouvelle cuisine centrale, inscrite au budget 2016 semble avoir été lancée.

Si nous comprenons bien la nécessité de faire évoluer et moderniser cet équipement municipal qui assure la restauration des écoles, crèches et des agents, cette communication a suscité des interrogations du personnel de restauration, des syndicats, mais également des parents d’élèves, inquiets de voir ce service public confié au secteur privé. 
 
Nous souhaiterions avoir des précisions concernant le cahier des charges de cette étude et les objectifs qui lui ont été assignés. 

Quelles sont les scénarios d’évolution envisagés ? Une délégation de la restauration scolaire à une entreprise privée en fait-elle partie ? 

Les personnels et les établissements scolaires sont-ils concertés et associés à ce travail ?

Enfin, comment cette étude s’inscrit-elle dans l’élaboration du schéma directeur de la restauration collective prévu dans le schéma de mutualisation de Tour(s)plus ? 

Nous souhaiterions qu’à l’issue de l’étude, les conclusions soient présentées au sein du conseil municipal afin qu’un débat puisse avoir lieu sur les orientations retenues. 

Nous vous remercions pour ces précisions. 

Les élu-e-s du groupe TOURS 2020