mercredi 28 septembre 2016

Article de la Nouvelle République du 27 septembre 2016


Tours 2020 a fait sa rentrée en public

Si leur rentrée politique a eu lieu lors du conseil municipal du 12 septembre dernier, les élus du groupe d'opposition socialiste Tours 2020 (Cécile Jonathan, Pierre Commandeur, Nadia Hamoudi, Nicolas Gautreau, Monique Maupuy et Samira Oublal) avaient donné rendez-vous aux Tourangeaux pour un « échange convivial », vendredi dans une brasserie, place Jean-Jaurès.

Au total, une trentaine de personnes,- dont des anciens élus, le député PS Jean-Patrick Gille ou des représentants du monde associatif – avaient fait le déplacement. Le projet de métropole, la division au sein de la majorité actuelle, « l'absence de projets » de cette dernière, la culture, les manifestations autour du 1.700e anniversaire de la naissance de saint Martin, jugées une nouvelle fois trop coûteuses, le futur cinéma de Tours-Nord ou encore le monde associatif ont fait partie des sujets évoqués.

Cécile Jonathan a annoncé qu'un déplacement au Mans était programmé pour aborder des sujets comme le tram ou les centres sociaux dans le but de « s'inspirer de ce qui se fait ailleurs ».

mardi 27 septembre 2016

Apéro - rentrée du groupe TOURS 2020

A l'occasion de notre 'apéro-rentrée' le 23 septembre, nous avions l'occasion d'échanger et de débattre avec les participants sur l'actualité municipale, la culture, la vie associative locale....
Nous remercions les Tourangeaux présents pour cette rencontre conviviale. 
De nouvelles dates seront proposées prochainement.

jeudi 15 septembre 2016

Conseil municipal du 12 septembre: Société de chauffage des bords du Cher


Intervention de Monique MAUPUY  Groupe TOURS2020

Lors du précédent conseil du 20 juin, au nom de notre groupe, je vous avais alerté sur les rapports très difficiles et conflictuels existant entre les usagers de la SCBC et cette société délégataire de service public, qui fournit chauffage et eau chaude aux habitants des Fontaines, des Rives du Cher, de Rochepinard et de la Belle Fille représentant plusieurs milliers de logements et donc une part importante de la population tourangelle. Le conflit latent, dû au manque de transparence constant pratiqué par cette société, s’est exacerbé suite à 2 cas de légionellose pouvant entraîner le renouvellement des conduites d’eau chaude. En effet, la SCBC a préparé un avenant mettant ces lourds travaux à la charge des usagers. L’existence de cet avenant 21 est d’ailleurs évoquée dans le rapport présenté à ce conseil mais sans autre précision.

Mon intervention a entraîné l’organisation d’une réunion de concertation qui s’est déroulée jeudi dernier. Nous nous en réjouissons même si nous aurions souhaité, sans aller jusqu’à y participer, au moins en être informés.

Vendredi, la SCBC a présenté son rapport pour l’année 2015 à la commission municipale des finances se disant confiante en l’obtention d’un compromis sur le contenu de l’avenant.

Mais les habitants sont loin d’avoir la même approche. Ils sont complètement révoltés et considèrent que la légionelle est un prétexte à leur faire payer des travaux qui doivent rester à la charge de la SCBC. Pour se défendre, ils ont constitué une association « COGENERATION 37 » qui regroupe les abonnés au réseau de chaleur et à laquelle toutes les copropriétés ont adhéré.

Le grave différend provient d’une lacune dans le contrat de concession quant aux gros travaux et renouvellement concernant l’eau chaude sanitaire. Mais en droit, une telle lacune doit bénéficier aux usagers et non au délégataire qui essaie de combler cet oubli par l’intermédiaire d’un avenant en sa faveur aggravant le déséquilibre au détriment de ses abonnés.

L’avenant proposé paraît inique aux habitants et ils ne veulent absolument pas être spoliés de leurs droits. En effet ils paient au délégataire, entre autres, un forfait pour le gros entretien et le renouvellement sans jamais obtenir de renseignements quant à l’utilisation de cet argent. Il a été calculé que depuis plus de 50 ans que cela dure, les sommes versées représentent plus de 3 fois le montant des installations. Et pourtant dans les immeubles des Rives du Cher par exemple, les colonnes montantes sont entartrées et vétustes.

De plus, aux Fontaines, à la résidence Honoré de Balzac, le syndicat des copropriétaires a, en juillet, établi un rapport dont ils vous ont envoyé copie, Monsieur le Maire, qui, s’agissant de la prévention contre la légionellose, constate des erreurs de conception technique et la non-conformité de la température de l’eau dans 112 colonnes montantes sur 164. Sur ce dernier point, l’eau s’est brusquement et curieusement réchauffée il y a quelques jours.

Monsieur le Maire, pouvez-vous nous donner votre position et celle de vos adjoints concernés dans cette affaire ? et qu’en est-t-il de l’avenant 21 ?


Je vous remercie.

mardi 13 septembre 2016

Revue de presse du Conseil municipal du 12 septembre 2016


 

Festivités martiniennes, installation de deux nouveaux conseillers municipaux, finances ... 27 points étaient au menu du conseil municipal de rentrée.

Retrouvez ici les échos de presse de la séance du 12 septembre:

 



La Nouvelle République:

Les festivités martiniennes au menu du conseil de rentrée

Deux nouveaux conseillers- La séance a débuté avec l'installation de deux nouveaux conseillers : Claudine Buannic (majorité municipale) en remplacement d'Isabelle Garrabé, démissionnaire, et René Sautereau (liste Tours Bleu... 
  
Info Tours:

37°:

mercredi 20 juillet 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE DES ELU-E-S DU GROUPE TOURS 2020


Château du Plessis - Prolongation de la convention de la Cie Cano Lopez

Nous saluons la décision de la Mairie de Tours de renouveler d’un an la convention d’occupation du Château du Plessis par la Compagnie Cano Lopez. 

A plusieurs reprises, nous avons interrogé le Maire en séance du Conseil municipal sur ses intentions vis-à-vis de la compagnie, occupante du lieu depuis 1998, et l’existence d’un projet alternatif pour le Château du Plessis. 

Mis en vente en mai dernier, le Château n’avait pas trouvé d’acquéreur à la date butoir du 13 juillet. Si le devenir du bâtiment reste incertain, le Plessis garde ainsi – du moins pour le moment – sa vocation culturelle et artistique.

En attendant de connaître les projets éventuels de la municipalité pour ce site historique, la compagnie peut alors envisager avec plus de sérénité sa saison culturelle 2016 – 2017 et le développement de nouveaux projets de création et de diffusion artistique. 

Nous souhaitons toutefois qu’une solution pérenne puisse être trouvée pour le Château du Plessis. Un projet innovant artistique porté par la compagnie sur ce site historique nous semble la meilleure solution.   

Les élu-e-s du groupe TOURS 2020