jeudi 20 avril 2017

DONATION CLIGMAN – un pas en avant, deux en arrière



Par conférence de presse le 7 avril, le Maire, Serge Babary, et son adjointe à la culture annoncent leur choix de mettre fin aux discussions avec Léon et Martine Cligman concernant l’accueil de leur collection d’œuvres d’art au Château de Tours. 

Le Jeu de Paume, poussé à la sortie dans un premier temps, continuera donc à présenter des expositions photographiques dans ce monument. Nous nous félicitons du maintien de ce partenariat dont la fin annoncée avait suscité colère et émotion. Elle aurait constitué un appauvrissement culturel important en privant les Tourangeaux d’expositions d’une qualité artistique reconnue unanimement. 

Cependant, nous nous interrogeons sur les raisons qui ont conduit le Maire à rompre de manière définitive le dialogue avec les époux Cligman. Le projet initial de construction d’une extension au Musée des Beaux-Arts – sur lequel nous avions émis des réserves – a dû être abandonné suite à un avis défavorable de la commission nationale du secteur sauvegardé. Nous regrettons cependant que des solutions alternatives ne semblent avoir été étudiées sérieusement pour accueillir les œuvres de cette donation, pourtant présentée comme « exceptionnelle ».

A force de vouloir précipiter les choses, le Maire a-t-il raté l’occasion de concrétiser cette opportunité qui aurait permis d’enrichir considérablement les collections du Musée des Beaux-Arts ?
Les multiples rebondissements qu’a connus le dossier ainsi les ‘plans B’ annoncés, puis abandonnés aussitôt,  peuvent le laisser penser. 

jeudi 6 avril 2017

Hommage à Jean GERMAIN



Il y a deux ans, le 7 avril 2015, Jean Germain nous a quittés brutalement. Ancien Maire de Tours et Président de Tour(s)plus, il a œuvré pendant près de 20 ans à l’attractivité, au développement et au dynamisme de notre Ville à laquelle il était profondément attaché. Son action au service des Tourangeaux en est le meilleur témoignage. 


Président de l’université François Rabelais de 1988 à 1993, Jean Germain a su impulser et porter des évolutions stratégiques pour le développement de cette institution :  en lançant de grands chantiers tels que l’implantation de la faculté de Droit et d’économie aux Deux Lions, et en ouvrant l’université à l’Europe et au monde.


Attentif à la qualité de vie et l’équilibre entre les quartiers, Jean Germain veillait à l’amélioration du quotidien des Tourangelles et Tourangeaux : la construction et la rénovation d’équipements culturels et sportifs, la réalisation d’embellissements et d’aménagements de proximité, la présence des services publics au plus près des citoyens y contribuent largement.   


Ses grandes réalisations, dont la première ligne de tramway, la rénovation de l’hôpital Bretonneau, l’éco-quartier Monconseil, les équipements culturels (L’Olympia, le Temps Machine, le Point Haut, le 37e Parallèle…) rappellent sa vision pour Tours, conjuguant proximité et ambition, innovation et respect de l’identité historique de notre territoire.    
  

Des projets majeurs qu’il a pensés et initiés arrivent aujourd’hui à éclosion : le CCCOD, pierre angulaire du réaménagement du Haut de la Rue nationale, la création d’un nouveau quartier sur le site des casernes Beaumont Chauveau, le forum Méliès, la passerelle Fournier… . 


A l’origine de la création de Tour(s)plus, Jean Germain a su placer Tours, ville centre, au cœur d’un projet de développement territorial solidaire et partagé.  L’obtention du statut de Métropole marque l’aboutissement de sa volonté de faire rentrer Tours dans le cercle des grandes agglomérations françaises.

En ce jour d’anniversaire de sa disparition nous tenons à lui rendre hommage et nos pensées vont à sa famille et ses proches.  



Cécile JONATHAN – Pierre COMMANDEUR – Nicolas GAUTREAU – Nadia HAMOUDI  – Monique MAUPUY – Samira OUBLAL

Jean-Patrick GILLE – Gérard GERNOT

lundi 27 mars 2017

Retour sur la séance du Conseil municipal du 20 mars 2017



Lors de la présentation du compte administratif, nous avons pointé plusieurs indicateurs qui ne témoignent pas d’une évolution positive de notre ville.

Ainsi, la baisse des recettes fiscales indirectes en 2016, du produit des trois principales taxes locales et la population DGF sont les signes d’une ville qui ralentit. 

En matière d’investissement, l’action municipale s’illustre par la reprise de projets déjà lancés avant 2014, après un coût d’arrêt initial à l’arrivée aux affaires de Serge Babary et son équipe. Ainsi, le réaménagement du site des casernes Beaumont- Chauveau sera enfin lancé en 2017, avec un retard et un surcoût important (le montant d’acquisition du terrain ayant doublé). L’aménagement du Haut de la Rue nationale a également pris un an de retard sur le planning. 

Cet immobilisme se traduit notamment par la baisse des subventions d’équipement, qui sont en diminution pour la 3e année consécutive et qui passent de 2,9M€ en 2015 à 1,4M€ en 2016. Le montant des subventions acquises en 2016 mais non utilisées est reporté à hauteur de 3,2M€. 

Le budget primitif 2017 est marqué par des transferts importants de charges et de services vers la future Métropole Tours Val de Loire. Il traduit une gestion qu’on pourra qualifier de raisonnable, mais sans ambition. En effet, les efforts pour le désendettement de la Ville sont poursuivis cette année (-4,7M€), mais au détriment de l’investissement qui est une nouvelle fois en baisse (20,6M€ d’opérations nouvelles inscrites au BP 2017), après avoir augmenté exceptionnellement en 2016.
Afin de continuer à réaliser des investissements indispensables pour la dynamique de notre ville et la future Métropole, nous avons proposé de poursuivre le désendettement à un rythme moins soutenu. Nous avons également souligné la nécessité d’avancer rapidement sur les dossiers structurants et notamment la 2e ligne de tramway qui sera porté par la Métropole.

Nous sommes une nouvelle fois intervenus sur le montant des subventions attribuées aux associations. En baisse de plus de 3 M€ entre 2014 et 2016, le montant versé cette année devrait rester quasiment stable. Le Maire annonce cependant des « arbitrages » sans préciser quelles associations ou quels secteurs seraient concernés par le maintien ou la baisse des subventions. Une nouvelle baisse de l’aide apportée au Centre communal d’action sociale est d’ores et déjà confirmée. 

Nous avons interrogé l’adjoint au sport sur le projet de réfection de la salle Clotaire Blanchard au quartier du Sanitas. Les activités sportives organisées actuellement par des animateurs de la Ville ne seront pas reconduites. Une pétition des usagers est en cours afin que ces animations, proposées à des tarifs très abordables pour les familles modestes, soient maintenues.

En matière de Politique de la Ville, nous avons rappelé la nécessité absolue d’associer au plus près les habitants aux projets de reconstruction prévus dans le cadre du  programme de renouvellement urbain au Sanitas, quartier classé d’intérêt national. Un tract appelant à un rassemblement témoigne de l’inquiétude des habitants et leur souhait légitime d’être concertés sur le dossier. 

Donation Cligman – réaménagement du Château de Tours



En début de séance du Conseil municipal du 20 mars, le Maire annonce le retrait de deux délibérations concernant la donation Cligman et le réaménagement du Château de Tours. 

La fin anticipée de la convention avec le Jeu de Paume et son départ précipité du Château de Tours, annoncés dans la presse avaient suscité colère et émotions.  Une fin du partenariat avec le Jeu de Paume constituerait un appauvrissement culturel important en privant les Tourangeaux d’expositions d’une qualité artistique exceptionnelle.

Si la donation Cligman, dont nous ne connaissons toujours pas le contenu, va venir enrichir les collections présentées par le Musée des Beaux-Art, nous regrettons qu’elle se fasse au détriment des expositions présentées par le Jeu de Paume.

En attendant de connaître l’aboutissement du dossier Cligman, nous appelons le Maire à mettre tout en œuvre afin de préserver ce partenariat important pour notre ville et son rayonnement culturel. 

Le Jeu de Paume doit rester à Tours ; quand il y a une volonté politique affirmée, une solution peut être trouvée.